VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

L'entreprise

Vous trouverez ici toutes les informations concernant l'aménagement du poste de travail et l'aménagement des locaux

La déficience auditive : Qu'est ce que c'est ?

Les personnes sourdes et malentendantes sont des personnes qui ont des difficultés voir l’incapacité à entendre des sons.

Plusieurs degrés de surdités existent: la déficience auditive légère, moyenne, sévère et profonde.

Selon le type de surdité dont la personne est atteinte, les solution à apporter ne seront pas toujours identiques car les problématiques diffèrent.

Attention, il est important de ne pas oublier qu’une personne sourde ou malentendantes n’est pas de facto muette. Certaines personnes peuvent parler de manière tout à fait compréhensible pour les “entendants”.

On estime à 6,6 % de la population, soit 4,09 millions de personnes, le nombre de Français souffrant d’un déficit auditif, se répartissant ainsi :

  • 111 600 personnes atteintes de déficience auditive profonde (perte supérieure à 90 décibels), soit 1,8 pour mille de la population ;
  • 372 000 personnes atteintes de déficience auditive sévère (perte comprise entre 70 et 90 db), soit 0,6 % de la population ;
  • 1 300 000 personnes atteintes de déficience auditive moyenne (perte comprise entre 40 et 70 db), soit 2,10 % de la population ;
  • 2 308 400 personnes atteintes de déficience auditive légère (perte comprise entre 20 et 40 db), soit 3,72 % de la population.
  • Ce public est d’une grande diversité : les personnes devenues sourdes et les personnes âgées représentent 88 % de cette population. 600 000 malentendants portent un appareil auditif. 80 000 pratiquent la langue des signes française (LSF).

Pour en savoir plus: social-sante.gouv.fr “plan en faveur des personnes sourdes ou malentendantes”

 

La loi & les Aides financières

La déficience auditive est un handicap qui impose des problématiques bien particulières.

En tout premier lieu, il s’agit d’un handicap qui ne se voit pas. Les personnes extérieures ne sont donc pas averties de prime abord.

Ce que dit la loi

Les lois favorisent de plus en plus les embauches de personnes handicapées.

En effet, depuis la loi du 10 juillet 1987, les entreprises de 20 salariés et plus ont l’obligation de compter un minimum de 6 % de personnes handicapées dans leur effectif.

Si cette obligation n’est pas remplie, les entreprises se doivent de verser une compensation financière pour pallier à l’absence totale ou partielle de personnes handicapées dans leur effectif.

La loi du 11 février 2005 renforce l’obligation d’emploi de personnes handicapées dans les entreprises. Elle pose le principe de non-discrimination et d’égalité de traitement vis-à-vis des personnes handicapées, tant pour leur accès que pour leur maintien dans l’emploi et leur évolution de carrière. Elle instaure dans les entreprises ayant des représentants du personnel l’obligation annuelle de négocier sur l’emploi des personnes handicapées et crée le « droit à compensation » du handicap.

Les aides financières

Prime à l’insertion

La prime à l’insertion est une prime versée suite à l’embauche d’un salarié handicapé.

  • Prime à l’insertion versée au travailleur handicapé : 900 € ou 1800 € pour une personne qui bénéficie d’un minimum social lors de l’embauche. (Versée à un travailleur handicapé pour un CDI ou CDD d’au moins 12 mois).
  • Prime à l’insertion versée à l’entreprise : 1600 €

Ces demandes d’aides à l’embauche relèvent de CAP emploi et non des Sameth, la prime à l’embauche n’est versée qu’une seule fois au salarié, mais plusieurs employeurs peuvent la percevoir pour un même salarié handicapé.

Les conditions:

  • La durée du contrat de travail doit être d’au moins 16 heures par semaine, ou 720 heures en cas d’annualisation du temps de travail.
  • Une demande commune de subvention doit être adressée à l’Agefiph au plus tard 6 mois après la date d’embauche.

Retrouvez ici toutes les aides à l’embauche selon chaque situation pour un travailleur handicapé.

Prise en charge de l’aménagement du poste de travail

Une entreprise qui embauche ou qui a en son sein une personne sourde ou malentendante a droit à des aides financières pour aménager son poste de travail.

Ces aides financières peuvent couvrir jusqu’à la totalité des frais investis dans les solutions techniques adaptées.

Les demandes d’aides se font auprès de l’Agefiph grâce à ce dossier.

 

Votre entreprise & Jenile

Faire appel à Jenile, c’est l’assurance d’offrir un cadre de travail optimum pour un salarié sourd ou malentendant.

Cette société, créée par et pour les sourds, a pensé ses solutions d’aides techniques dans le pur respect de ce handicap pour offrir sécurité et autonomie à tous.

Car embaucher un sourd ou un malentendant peut faire peur.

Peur de ne pas réussir à communiquer, peur de ne pas réussir à s’adapter ou de voir son employé peiner plus qu’un autre dans son travail…

Pourtant, il existe des solutions adaptées à ce handicap qui permettent, tant au salarié qu’à l’entreprise, de s’épanouir.

Et cela passe, entre autre, par l’aménagement du poste de travail. Grâce à des solutions simples et efficaces, le salarié sourd ou malentendant peut évoluer en toute sécurité et en toute autonomie au travail.

Que ce soit pour l’accompagnement lors d’une embauche ou tout simplement pour une mise à niveau de l’environnement de travail, nous sommes là pour vous aider dans toutes ces démarches: préparation de l’environnement de travail et évaluation des besoin dans l’entreprise, suivi des démarches administratives, aiguillage vers les instances dispensent des aides financières.

HAUT
X